TĀBŪLA

Sommaire

 

Entrevue – Conversation entre Augustin Menard, Emmanuelle Arnaud, Nathalie Castagné, Adrien Joujoux, Bernard Sadaillan et Catherine Semoud

Éloge de la coupure – Marc Lévy

Les us du trouble – Gérard Mallassagne

Salut l’artiste – Elisabeth Doisneau

Mixer la lalangue – Jocelyn Daignes

Statut de la vérité en psychothérapie et en psychanalyse – Luc Chamboncel

Guérir de l’incurable – Hélène Guilbaud

 

« Quel est le désir de l’analyste ? » Dans le contexte actuel qui fait l’apologie de la norme et du même, TᾸBŬLA a décidé de mettre au travail cette question car, si « l’être-analyste et la capacité d’occuper dans le discours analytique la place de l’analyste sont strictement dépendants et liés à l’avènement d’un désir de savoir. […]. C’est un désir qui porte précisément sur le savoir de cette différence absolue concernant le sujet. » 

Le témoignage que fit Hélène Guilbaud, Analyste de l’École nous en transmet tout le relief.

En 2010, J.-A Miller annonçait : « rien de plus actuel que la grande idée que  Lacan se faisait du psychanalyste en 1953, et l’injonction qu’il lui adresse  : « Qu’il connaisse bien la spire où son époque l’entraine dans l’œuvre continuée de Babel, et qu’il sache sa fonction d’interprète dans la discorde des langages.»

TᾸBŬLA en présentant des textes où le psychanalyste est convoqué à  « témoigner en acte de [sa] position, non pas seulement dans la « cure », mais dans la « cité », souhaite participer de cet engagement.

NEWSLETTER
CONTACT
CALENDRIER
LIRE
CONNEXIONS
VOIR
ECOUTER
Qui sommes nous ?
L'ACF
Ldélégation régionale
Publications
TĀBŪLA
Librairie
Institut de l'enfant
Institut  de l'enfant
NR - CEREDA
La Cause de l'autisme 
CPCT

© 2019 - ACF-VD

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône Instagram