top of page
L' ACF : Association de la Cause freudienne

L'Association de la Cause freudienne « a pour objet la promotion de l’étude de la psychanalyse ainsi que ses connexions, tant théoriques que pratiques, avec les disciplines qui lui sont affines, et ce, en conformité avec les finalités de l’association L’École de la Cause freudienne et en coordination avec les activités de celle-ci. L’association agit directement et indirectement par l’intermédiaire de délégations régionales qu’elle crée et dont elle réglemente le fonctionnement ».
 
L’Association de la cause freudienne est une émanation de l’École de la cause freudienne, elle-même fondée par Lacan en 1981. Avec des missions qui lui sont propres, l’ACF se distingue de l’ECF, tout en restant foncièrement nouées.
L’ACF c’est la vie de l’ECF en région. Elle n’est pas une association professionnelle, mais une plateforme de combat et de refuge contre le malaise dans la civilisation. 
Le Président de l’ECF, Éric Zuliani et sa vice-présidente Anaëlle Lebovits-Quenehen, responsable de l'ACF sont les interlocuteurs privilégiés des délégués régionaux nommés tous les deux ans pour chaque instance régionale.

800px-ViaDomitia2.jpeg
Lire plus :
Capture d’écran 2022-06-21 à 22.44.27.png

L’Association de la Cause freudienne en Voie Domitienne compte 72 membres dont 15 sont également membres de l’ECF. Elle s’étend sur la région Languedoc-Roussillon de Perpignan à Avignon et trois bureaux de ville la constituent : Montpellier, Nîmes/ Avignon, Perpignan/Narbonne/Béziers. 

L’ensemble des bureaux est coordonné par le délégué régional, qui accompagne et soutient les projets et activités de l’ACF dans chaque ville. 

Nos rencontres sont ouvertes à tout public dans le but de faire connaître la psychanalyse d’orientation lacanienne et faire entendre sa voix dans le concert du monde, à l’heure du malaise grandissant dans la civilisation. 

Les événements organisés chaque année par l’ECF constituent une base de travail pour construire des projets en région. 

​Les rencontres préparatoires aux événements de l’ECF et du Champ freudien en sont l’occasion. Un colloque ponctue l’année de travail ou le mandat de deux ans à l’ACF avec une thématique souvent issue de l’objet d’études du Séminaire interne. Ce séminaire interne, réservé à ses membres, met au travail les membres ACF et ECF autour d’un thème choisi pour l’année ou pour le mandat de la délégation. 

​Se déroulent également des rencontres initiées localement par les responsables des bureaux de ville, des rencontres autour des cartels mais aussi celles en lien avec d’autres instances du Champ freudien.

Des séminaires mensuels sont aussi proposés par des membres de l’ECF dans notre région, sur tout le territoire de la Voie domitienne.

Pour tout renseignement sur l’organisation et les activités proposées par l’ACF en VD il est possible de consulter ce site, suivre son actualité par ses réseaux sociaux (Facebook, X anciennement Twitter, Instagram et LinkedIn) ou contacter la déléguée régionale, Maria Novaes : acf.dr-vd@causefreudienne.org

Borne-VIA-DOMITIA-Canal-du-Midi-Sandra-Bérénice-Michel.webp

Pourquoi cette appellation Voie Domitienne ? 

Un peu d’histoire…

La Voie Domitienne (Via Domitia) est une voie romaine construite à partir de 118 av. J.-C. pour relier l’Italie à la péninsule Ibérique en traversant la Gaule narbonnaise.

Cette voie reliant l’Italie à l’Espagne par le Sud de la France a laissé de nombreuses traces de son passé tout au long de son itinéraire. Ces traces sont très présentes dans les départements du Gard, de l’Hérault, de l’Aude et des Pyrénées-Orientales en Région Occitanie. Traces encore visibles aujourd’hui, par des bornes milliaires le long du chemin qui en indiquaient les distances. 

Le choix fait en 1993 par notre collègue nîmois, Augustin Menard, psychanalyste, membre de l'ECF et de l'AMP, de la dénommer ainsi, s’inscrit dans l’histoire de notre région et cette inscription nous fonde à parcourir cette voie pour y déposer les traces que le discours analytique se doit d’acheminer afin de « décompléter la parole infernale des formules qui viennent s’imposer à tous dans l’opinion publique » (Eric Laurent : Question d’École 2018). Les trois bureaux de ville en sont les nouvelles bornes.

bottom of page